Anne Plichota Bibliography De Mariama Ba


Pentru că e vacanţă, şi majoritatea timpului ne-o petrecem în casă, din lipsă de ”condiţii meteo favorabile” ieşitului în parc, umplem timpul cu citit. Încerc să nu-i omor pe copii cu lucrul suplimentar, până la urmă e vacanţă, nu? Îşi au şi vacanţele rostul lor în ritmul de învăţare. 

Dacă vă hotărâţi să faceţi acelaşi lucru, vă recomand ca lectură seria Oksa Pollock, apărută la Editura All. Eu şi Andrei am citit-o acum vreo lună, îmi pare rău că n-am terminat-o mai repede să o pot include în campania vALLuntar. 

Andrei a citit-o primul, şi nu mi-a venit să cred când am văzut în ce ritm citeşte, şi cum cele trei volume au umplut vreo cinci zile… Pentru un copil care vrea la tv, la pc, să-şi petreacă cinci zile citind, nefăcând nimic altceva, a fost un mister de neînţeles. Citea acasă, la şcoală, noaptea până târziu, şi nu s-a oprit până nu a terminat! Iniţial m-a întrebat cu ce e cartea. Aaa, cu o fetiţă… bleah! I-am spus că e o fetiţă pasionată de SF şi astronomie. Eee, pare genul meu de fata! şi a început să citească. Când mai lua o pauză să respire, îmi povestea un pic. L-am rugat să se potolească, vreau şi eu să citesc. 

Cum a terminat el, m-am apucat eu. Boală curată, am făcut exact acelaşi lucru, ba chiar am sacrificat şi câteva nopţi, să termin cele trei volume, peste 1100 de pagini. Andrei mă toca mărunt, unde am ajuns, ce părere am, dacă mi-a plăcut capitolul, o plăcere să discutăm amândoi despre poveste. Când suspansul era prea mare, întrebam cum se termină… Păi nu ziceai că nu are haz să-ţi spun?!. Iris s-a enervat, tot auzindu-ne, a amenintat că se apucă şi ea de citit. Dar e încă mică, nu e pentru ea cartea, deşi a încercat câteva pagini. 

La finalul celor 3 volume m-am supărat. Pe Andrei, normal. Nu putea să-mi spună şi mie că povestea nu se termină? Şi că mai sunt două volume? Am căutat disperată pe net, am gasit volumul 4, ebook. În franceză – coşmarul vieţii mele de liceean. Dar m-am chinuit cu ea, trebuia să văd ce se întâmplă. A fost cumplit până m-am prins ce nume au în franceză toate creaturile fantastice din carte, şi sunt sigură că am pierdut o bună parte din savoarea descrierilor, dar măcar am mai avansat cu povestea. Normal, după fiecare capitol, îi făceam rezumat lui Andrei…

Acum caut volumul 5. Şi este în curs de apariţie volumul 6. Dar nu regret absolut deloc, este una din cele mai frumoase poveşti SF pe care le-am citit în ultima vreme! Cel mai greu a fost să-i sting seara lumina lui Andrei. Mi-l amintesc pe tata când făcea acelaşi lucru cu mine, şi uram să mă scoată aşa, forţat, din minunata lume dintre coperte unde mă îngropasem cu atâta plăcere!

Despre carte, despre personaje, puteţi citi pe site-ul editurii ALL, sau pe site-ul oficial Oksa Pollock. Da, exista :), am aflat şi eu când am căutat celelalte volume. 

Cartea o găsiţi şi în librăriile online: elefant, libris, librarie, adevarulshop amazon (vol. 2, vol. 3) eMAG.ro

Posted in Cărţi pentru copii and tagged All, Anne Plichota, Cendrine Wolf, editura, Oksa Pollock.

Ce roman me faisait de l'oeil depuis quelques temps déjà, et c'est avec curiosité et impatience que j'ai entamé ma lecture. Et je dois dire que j'en ressors assez mitigée. Que ce soit au niveau de l'histoire, des personnages, du monde crée par les auteurs,... il y a des choses que je trouve intéressantes, et d'autres non, voire même à la limite absurdes. Un peu comme si on avait rajouté des choses pour donner de la consistance. de plus, on ne peut pas vraiment parler d'action ni d'intrigue à proprement parlé dans ce tome : c'est un tome d'introduction, qui de ce fait présente l'univers du livre, les personnages, l'histoire, tout ça quoi. Et 619 pages de présentation, c'est long. Très long. Les 2 premiers tiers du livre sont vraiment lents. "L'histoire" ne démarre réellement qu'à la centième page environ. Et encore, je trouve que les choses intéressantes sont réparties de manière assez espacée : un récit haletant, relativement riche en suspense, cède la place à un récit lent et long, et ce environ 3/4 fois dans le livre. Ce qui fait que pour ma part, ma curiosité et mon intérêt n'ont pas forcément été nourris tout du long. Seul le dernier tiers est vraiment riche en révélations et rebondissements. Trop malheureusement. Trop d'infos nous sont données dans cette dernière partie pour que tout soit assimilé et apprécié à sa juste valeur.

L'histoire tout d'abord. La trame de base est somme toute assez classique : des méchants qui veulent conquérir le monde, une Élue qui est la seule à pouvoir sauver ce monde, qui se découvre des pouvoirs... Ceci dit, il y a quand même des idées intéressantes et originales. Par exemple, les "origines" slaves des protagonistes, même si ça n'a peut-être pas été assez exploité. Ça donne en tout cas une touche originale.
Certaines espèces animales ou végétales d'Édéfia sont également originales et intéressantes (je pense notamment au curbita-peto, aux Foldingots, à la Goranov (j'ai eu un gros coup de coeur pour cette plante si particulière !). Mais je trouve par contre que le nom de certaines aptitudes/termes spécifiques inventés par les auteurs manquent cruellement de subtilité (caméroeil, rêvoler, Crache-Granoks, Du-Dedans, Du-Dehors,...). Concernant les granoks et la Crache-Granoks justement, j'ai eu également beaucoup de mal avec cet objet. Je n'ai pas bien réussi à m'en faire une représentation, ni à savoir ce que c'était exactement (une sorte de baguette magique ? de sarbacane ?), ni à comprendre son fonctionnement (alors vous me direz, ouais enfin c'est un truc inventé. Oui, ok, mais perso, j'aime bien quand l'auteur (les en l'occurrence) pousse un peu plus loin que juste balancer un truc comme ça. À voir par la suite si c'est approfondi.
Comme je vous le disais, la dernière partie est très riche en révélations concernant le monde d'Édéfia. C'est vraiment cette partie qui a éveillé de l'intérêt en moi et m'a donné envie de poursuivre. J'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur ce monde, parce qu'au début ça faisait un peu "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Notre monde c'est le plus beau et le plus mieux de tous les mondes"... Bref, vous voyez. Néanmoins, dans cette dernière partie donc, les infos sont nombreuses et intéressantes. On apprend que le peuple d'Édéfia est un peuple à l'écoute de la nature et respectueux de la vie ; on en apprend sur son Histoire, son fonctionnement,... J'ai particulièrement aimé le passage sur la source chantante et celui dans lequel Abakoum raconte sa naissance. J'ai trouvé ces 2 passages très poétiques, très beaux, et extrêmement bien décrits.

Et je n'ai également pas pu m'empêcher de faire de nombreux rapprochements une fois encore avec HP. Oui je sais, c'est pas bien. Mais c'est comme ça. *Les foldingots déjà, vous avouerez qu'ils ont une énooooooorme ressemblance avec les elfes de maison (physiquement déjà, mais aussi leur rôle, c'est quand même un peu les boniches quoi). Ensuite bon, le pays, ça ok c'est ptet un peu tiré par les cheveux. Mais quand même La Crache-Granoks/baguette...* Et d'autres encore, mais bien évidemment j'ai oublié de prendre des notes en pensant que ça me resterait en mémoire. Perdu

Les personnages sont nombreux, mais je les ai trouvés tous assez fades et "uniformes". Ils manquent de personnalité, de particularité.
Je n'ai pas spécialement accroché avec Oksa, qui est une gamine de 13 impétueuse, et comme beaucoup d'héroïnes de romans dits jeunesse, extrêmement sûre d'elle. Et en même temps très immature (mais bon, d'un autre côté, elle a 13 ans quoi). Et il va de soi qu'elle arrive à faire des choses pour lesquelles il faut - normalement - des mois d'apprentissage.
Dragomira, la grand-mère, m'a fait penser au début à la mère de Castle, pour ceux qui connaissent : exubérante, charismatique. Mais la "Baba Pollock" n'a fait que baisser dans mon estime au fur et à mesure que les pages défilaient. Elle se révèle totalement à l'opposé de l'image que je me faisais d'elle, et je trouve ses réactions disproportionnées et totalement inadaptées.
D'ailleurs en y réfléchissant, je trouve de manière générale que les personnages ont des réactions souvent en désaccord avec le perso qu'ils incarnent, qu'ils sont assez immatures.

Enfin, le style d'écriture est assez agréable, même si j'ai parfois eu du mal à savoir de quel personnage il était question, puisque le point de vue est omniscient. Ceci dit, encore une fois, la dernière partie est vraiment riche dans le style d'écriture également.

En résumé, de manière globale, je n'ai pas autant apprécié que j'aurai aimé. Il y a de bonnes idées, mais aussi beaucoup de "comme par hasard". La dernière partie relève heureusement bien le niveau et de ce fait l'intérêt. Je lirai la suite pour voir ce que ça donne, parce que niveau action c'est assez plat dans ce 1er tome.
Lien : http://asuna.eklablog.com/ok..

+ Lire la suite

Categories: 1

0 Replies to “Anne Plichota Bibliography De Mariama Ba”

Leave a comment

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *